Malédiction de l'abeille (5/7)

Publié le par Chimaera

Il repartit, puis revint presque aussitôt, suivi par une grande femme rousse. Elle était d'une beauté troublante, mais ne daigne leur faire qu'un bref signe de tête en guise de salut, avant de se tourner vers le petit homme qui avait un large sourire sur les lèvres.

– Tu aurais pu me prévenir d'utiliser un bouclier, fit-elle avec reproches. J'ai failli me faire dévorer.

– Au vu de la situation, ça me paraissait évident qu'elles t'attaqueraient, répondit Ashalen d'une voix traînante. C'est bien une malédiction d'humain ?

– Ça y ressemble furieusement, répondit-elle avec un haussement d'épaules. Tu en as une ?

Ashalen pointa du doigt le bocal que tenait toujours l'entomologiste. Celle-ci le lui tendit avec un sourire timide qu'elle retourna à peine. Elle passa un long moment à l'observer, puis saisit une feuille et un stylo. En quelques secondes, elle y eut dessiné un cercle parfait contenant une étoile à cinq branches. Ashalen siffla d'admiration.

– Quoi ? Demanda-t-elle, agacée.

– Je ne connais pas beaucoup de ritualistes qui dessinent un pentacle parfait aussi facilement, c'est tout.

Elle grommela quelque chose qui ressemblait à un "incapable". Son accent étranger semblait curieusement s'atténuer depuis ses premiers mots. Sur chaque pointe du pentacle, elle dessina un symbole différent. Puis elle posa la feuille au sol et leur fit signe de se reculer. Bien que surpris, ils s'exécutèrent en silence. Elle saisit le bocal et le jeta au sol de toutes ses forces, en plein sur le dessin.

Le verre explosa à l'impact. L'abeille sembla se réveiller, mais au même moment des flammes recouvrirent chacune des lignes du dessin, l'emprisonnant. Le feu orangé vira soudain à un violet très pur, presque de la couleur d'une améthyste, puis commença à consumer l'insecte, devenant d'un vert malsain au fur et à mesure. Lorsqu'il n'y eut plus d'abeille, le vert crépita encore un instant, puis s'éteignit. Sur le sol, il ne restait qu'un tas de cendres.

Ils restèrent sous le choc un long moment et ce fut Ashalen qui les sortit de leur stupeur.

– Alors ?

– Malédiction, répondit-elle d'une voix lasse. De niveau neuf. Celui qui a fait ça n'est pas un petit joueur.

– Tu peux la briser ?

– Je ne sais pas, répondit-elle, avant de rectifier. Du moins, je ne sais pas en combien de temps. Il faut que je retrouve son rituel exact et ça peut prendre du temps.

– Même pas une petite idée de départ ? fit-il avec des yeux mouillés de chien battu.

Elle fit un sourire amusé, passant une main dans ses cheveux.

– Je vais chercher du côté des pluies de sauterelles, annonça-t-elle. C'est la même chose avec d'autres bestioles. Quelqu'un aurait une Bible sous la main ?

Un silence abasourdi lui répondit, puis un soldat se racla timidement la gorge, lui tendant une Bible de poche. Des regards surpris lui répondirent et il se tortilla nerveusement sur place.

– Ma mère, expliqua-t-il en rougissant. Elle... est convaincue que ça me sauvera la vie un jour.

– Peut-être que ça sera le cas aujourd'hui, fit Ashalen avec un sourire amusé.

– Merci, fit la ritualiste en récupérant le tout petit livre. Alors... dans la Genèse, il me semble...

Elle relut à voix haute le passage.

10.4
 Si tu refuses de laisser aller mon peuple, voici, je ferai venir demain des sauterelles dans toute l'étendue de ton pays.
10.5
 Elles couvriront la surface de la terre, et l'on ne pourra plus voir la terre; elles dévoreront le reste de ce qui est échappé, ce que vous a laissé la grêle, elles dévoreront tous les arbres qui croissent dans vos champs;
10.6
 elles rempliront tes maisons, les maisons de tous tes serviteurs et les maisons de tous les Égyptiens. Tes pères et les pères de tes pères n'auront rien vu de pareil depuis qu'ils existent sur la terre jusqu'à ce jour. Moïse se retira, et sortit de chez Pharaon.
10.12
 L'Éternel dit à Moïse: Étends ta main sur le pays d'Égypte, et que les sauterelles montent sur le pays d'Égypte; qu'elles dévorent toute l'herbe de la terre, tout ce que la grêle a laissé.
10.13
 Moïse étendit sa verge sur le pays d'Égypte; et l'Éternel fit souffler un vent d'orient sur le pays toute cette journée et toute la nuit. Quand ce fut le matin, le vent d'orient avait apporté les sauterelles.
10.14
 Les sauterelles montèrent sur le pays d'Égypte, et se posèrent dans toute l'étendue de l'Égypte; elles étaient en si grande quantité qu'il n'y avait jamais eu et qu'il n'y aura jamais rien de semblable.
10.15
 Elles couvrirent la surface de toute la terre, et la terre fut dans l'obscurité; elles dévorèrent toute l'herbe de la terre et tout le fruit des arbres, tout ce que la grêle avait laissé; et il ne resta aucune verdure aux arbres ni à l'herbe des champs, dans tout le pays d'Égypte.

Elle soupira ensuite profondément.
– Comme d'habitude, aucun détail. Alors, voyons voir...
Elle s'approcha de la carte et redessina du bout des doigts le cercle indiquant la terre couverte, avant de poser son index sur le centre.
– C'est immense comme rayon d'action, murmura-t-elle. Cinq kilomètres... ce type est une brute.
Prenant un stylo qui traînait, elle redessina un pentacle à l'intérieur du cercle, puis un premier symbole à côté.
– Invocation, fit Ashalen à voix haute. Je pense que tu peux aussi mettre le meurtre.
– La renaissance, approuva-t-elle en rajoutant deux nouveaux symboles, puis un troisième. La cible. Tu n'as pas été attaqué.
– L'homme, dans ce cas, non ? suggéra Ashalen.
– Non, puisqu'il y a aussi destruction de plantes et d'animaux. Non, la cible, il y a trop de possibilité sinon.
Il y eut un long moment de silence. Ils contemplaient tous deux la carte, méditatifs. Puis finalement elle ajouta un nouveau symbole, celui de la puissance. Il était nécessaire pour couvrir un tel rayon.
– Une protection pour le lanceur ? suggéra Ashalen.
– Peut-être, admit-elle doucement. Alors la cible sur la première pointe... invocation et renaissance de chaque côté. En bas puissance et protection.
Elle grogna et barra les symboles d'un geste rageur.
– C'est trop instable ! Tout aurait été détruit avec une activation comme celle-ci !
Ils sursautèrent à son éclat de colère, puis elle repartit dans ses hypothèses.
Trois heures plus tard, ils en étaient toujours au même point, mais la tension avait augmenté de plusieurs crans. La carte ne ressemblait plus à grand-chose, couverte de ratures, et la rousse devant paraissait très énervée. Elle se planta une énième fois face à la carte, cherchant un détail qu'ils auraient manqué, puis brutalement se tourna vers eux.
– Il y a quoi, là ? demanda-t-elle en enfonçant son index sur la carte. En plein milieu ?
– Une église, l'église Saint-Armand, répondit Libs en premier.
Ses yeux s'arrondirent lentement, puis un pli de réflexion barra son front.
– Si c'était un prêtre... murmura-t-elle. Un catholique fervent... malédiction biblique, église... Bien sûr ! Un catholique n'utilisera jamais un pentacle !
Saisissant le marqueur rouge, elle dessina rapidement une autre figure. Une étoile à six branche rouge, faite de deux triangles inversés, détonnait maintenant sur tous les gribouillis. Sur la pointe du bas, elle dessina la cible. Puis elle ajouta l'invocation et la renaissance sur les deux autres angles du triangle renversé, avant d'ajouter la puissance et le meurtre sur la partie basse de l'autre triangle. Ne restait que le pic du haut dégagé.
– C'est pas stable ! protesta Ashalen. Deux symboles aussi dangereux que la puissance et le meurtre ne peuvent pas être asso...
Avec un sourire narquois, elle dessina le dernier symbole. Le signe de la purification était bien lisible et Ashalen en resta bouche bée, avant d'approuver.
– C'est un fou, fit-il néanmoins d'une voix blanche.
– Ou un fanatique, compléta-t-elle. Tu me diras, c'est un peu la même chose.
– Comment tu veux briser ça ? fit-il d'un air désespéré.
– Je ne sais pas, répondit-elle gravement. Je n'en ai strictement aucune idée.
Elle croisa à nouveau ses bras, les yeux songeurs.
– C'est quoi le problème ? demanda Libs.
Elle ne prit pas la peine de le regarder pour répondre.
– C'est une figure extrêmement puissante et l'incantation l'a sans doute également été. Pour briser une malédiction, il faut utiliser plus d'énergie qu'il n'en a été nécessaire pour la jeter. Je peux aisément trouver une incantation supérieur, mais je ne vois pas quelle figure utiliser.
– Tu as une incantation plus puissante ? s'étonna Ashalen.
– Incantation basique, quinze mille ans d'âge, utilisée surtout dans le chamanisme.
Le silence retomba, puis Ashalen finit par rouvrir la bouche.
– Et si tu utilises sept pointes ?
– Ça va être dur à stabiliser, fit-elle. Mais c'est vrai qu'à part ça...
Elle se tourna vers eux.
– Vous m'en voulez si je brise toutes les vitres dans un rayon de cinq kilomètres ?
Ils pâlirent tous simultanément.
– Pardon ? finit par demander le général.
Elle haussa des épaules.
– Les vitres résistent très mal aux vibrations et j'aurai autre chose sur quoi me concentrer. Je ne pourrai pas faire sans, donc décidez-vous vite.
Le général avait déjà donné son accord d'un signe de tête.

Publié dans Indépendants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article