Chant du serpent (7/X)

Publié le par Khimaera

Ils mirent près de trois mois à découvrir où Jarvan IV, le véritable, était retenu. C'était Cassiopeia qui avait obtenu l'information, soudoyant aisément l'un des membres de la garde d'élite de Swain en feignant l'indifférence absolue quant à son discours. Le soldat ivre avait raconté bien des choses à la femme à la peau pâle qu'il caressait, n'ayant visiblement pas reconnu la disparue jeune femme de la famille Ducouteau. Nul ne songeait à faire le lien entre l'horreur semi-serpent et une beauté aux envoûtants yeux de saphir, n'est-ce pas ?

 

Alors ils se mirent à monter une expédition. Elle serait dirigée par Aleksandr, donné pour mort et donc moins aisément reconnaissable. Talon serait leur éclaireur, comme toujours, plus furtif que n'importe qui d'autre et incroyablement rapide pour mettre fin à des vies. Cassiopeia s'y était également invitée - elle irait sous forme humaine, mais son venin mortel pourrait résoudre très rapidement des situations dangereuses où ils se retrouveraient forcément en infériorité numérique. Darius devait piloter une campagne de reconnaissance dans le Nord, se rapprochant de Freljord. Elle avait été ordonnée par Swain et il était donc peu probable que le corbeau ne soupçonne quoi que ce soit, même s'ils passaient près des lieux concernés.

 

Une fois Jarvan guéri et, éventuellement, rallié, ils pourraient mettre réellement en place leur complot pour renverser Swain. Darius avait fini par renoncer à son envie de rester général, convaincu par sa tendre épouse, mais n'en avait fait part à personne. Il la respectait un peu plus chaque jour - elle était bien plus habile politicienne que lui et les paroles d'Aleksandr Ducouteau s'étaient avérées exactes. S'il l'avait méprisée, voire battue, nul doute qu'elle aurait été l'instrument de sa mort.

 

Ellanna ne quittait plus pour autant Noxus, même pendant sa brève campagne. Leur maisonnée n'avait plus jamais eu besoin d'un autre avertissement que l'exécution des deux traîtres et plus personne n'osait lui désobéir ou lui manquer de respect, pas même hors de sa vue. Elle dirigeait la petite forteresse d'une main de fer, organisant quand nécessaire des réceptions qui étaient devenues un moment incontournable de la vie de la noblesse de Noxus. En réalité cela lui permettait non seulement de renforcer leur influence, mais également de dissimuler des allées et venues... comme par exemple le convoi qui devait amener Jarvan jusqu'à elle.

 

La seule chose qui l'inquiétait réellement était l'apparente immobilité de Jericho Swain. Il n'avait que très peu bronché après la disparition de Ducouteau, ou du moins l'avait fait très discrètement. Plus tard, elle avait su par Cassiopeia qu'il le cherchait néanmoins, a priori pour l'abattre à vue. Ces ordres trahissaient bien sa nervosité, puisque un meurtre en plein jour et en pleine vue entraînait forcément des questions, même à Noxus, mais il n'avait pas agi plus que cela.

 

"Ma dame ?"

 

Yohan venait d'entrer dans son salon, s'inclinant, et elle lui fit signe de se relever. Il avait pourtant mal à l'aise et s'excusa de la déranger.

 

"Que se passe-t-il ?" interrogea-t-elle.

"Je..."

 

Il ferma les yeux.

 

"Le seigneur Jericho Swain est dans la cour, madame, et demande si vous voulez bien le recevoir."

 

Elle lâcha son verre sous le choc, totalement prise au dépourvu. Le métal martelé s'écrasa au sol, mais elle n'y prêta pas attention, fermant les yeux, inspirant lentement pour se calmer.

 

"Envoie-le dans le salon ocre" commanda-t-elle d'une voix vacillante "et envoie-moi mes servantes."

 

Elle ne pouvait pas refuser de le rencontrer. Ses trois servantes préférées étaient accourues et elle laissa Camila choisir sa tenue. La jeune blonde opta pour une robe luxueuse mais ordinaire, que l'on pourrait aisément porter en intérieur sans pour autant paraître débraillée et l'aida rapidement à s'habiller.

 

"Cela ira, ma dame ?"

"Oui" fit doucement Ellanna. "Camila... mentiras-tu pour moi si je te le demande ?"

 

Un regard décidé lui répondit et elle acquiesça. Dans l'ignorance de ce que Swain voulait, elle ne pouvait pour autant anticiper et préparer ses réponses. Finalement elle descendit d'un pas royal, rejoignant le salon ocre.

Le corbeau se leva à son entrée et inclina sa tête, lui faisant ensuite un baisemain parfait.

 

"Dame Faend, je suis ravi que vous ayez pu me recevoir. Vous êtes ravissante."

"Merci, seigneur Swain" répondit-elle en inclinant gracieusement sa tête. "Vous m'avez prise par surprise."

"J'en suis désolé. Serait-ce le salon où vous invitez vos plus proches amis pendant vos réceptions privées ?"

 

Il s'était rapproché du mur, observant l'un des grands tableaux. Il représentait un portrait de Darius et elle, comme la coutume après leur mariage le demandait.

 

"En effet" acquiesça-t-elle.

"Darius sait-il que vous affichez un tel tableau ?"

 

Elle rit doucement.

 

"Je crains que mon époux n'aime guère le calme de ce salon."

"Ce n'est guère étonnant. Il a toujours préféré la fureur des champs de bataille."

Ou l'intimité de leurs appartements, songea Ellanna, mais Swain ne pouvait savoir cela.

"Puis-je vous aider ?" interrogea-t-elle finalement. "Mon mari est absent, comme vous le savez, il m'a simplement avertie qu'il ne rentrerait pas avant plusieurs semaines."

"Oui, cette regrettable histoire à la frontière de Freljord... Un nouveau conflit se prépare là-bas, j'en ai bien peur, et il serait dommage que Noxus ne sache tirer son avantage de ceci. En réalité, dame Ellanna, je suis venue vous parler de votre famille."

 

Elle afficha une expression surprise.

 

"Vous savez que ma famille est décédée, je suppose."

"Oui, ces événements ont été tragiques. Je pensais à vrai dire pouvoir vous ramener une part de votre héritage, mais les ruines de votre manoir étaient bien vides."

 

Elle secoua la tête.

 

"Je le sais. Ce regrettable incendie... Heureusement que mon mari tient à ce que sa femme ait une apparence présentable."

"Plus que cela" offrit Swain avec courtoisie.

 

La conversation resta sur des banalités un long moment. Elle finit par secouer la tête, navrée, alors qu'il insinuait pour la troisième fois pouvoir être aidé par les talents de sa famille.

 

"Je suis navrée, seigneur" fit-elle d'une voix douce. "Je sais que mon mari apprécierait beaucoup que je vous apporte toute l'aide que je peux, mais mon père, ni son père avant lui, n'ont jamais accepté de donner la moindre éducation... particulière aux femmes dans leur famille. L'art, comme ils l'appelaient, n'a jamais été enseigné qu'aux hommes."

"C'est fort regrettable" soupira Swain. "Savez-vous de quel type de magie il s'agissait ?"

 

Elle frissonna faussement.

 

"De ce que j'ai entendu" avoua-t-elle "il s'agissait de... de malédictions, ou de choses comme ça. Je n'étais pas très âgée, mais je crois que mon père était... responsable, lorsque ma mère a été assassinée..."

"Pardonnez-moi de vous avoir remémoré de mauvais souvenirs" offrit-il en inclinant sa tête.

 

Elle prit un peu de vin en réponse, se recomposant lentement un visage intact. Il ne la perturba pas, semblant à nouveau plongé dans l'observation du tableau. Bien sûr, l'art de sa famille dépassait de loin les malédictions que n'importe qui pouvait utiliser à petite échelle. Il s'agissait d'une intoxication alimentaire par rapport au venin mortel d'un aspic, pour établir une comparaison.

 

"M'en voulez-vous pour ce mariage ?" demanda-t-il soudain, et elle sursauta.

"Non" finit-elle par répondre, avant d'ajouter effrontément. "Sur le coup, oui."

"Pourquoi donc ?"

"Je ne voulais pas me marier, mais Darius était un parti plus qu'excellent. Nul n'oserait m'importuner comme ils auraient importuné une héritière seule, n'est-ce pas ?"

"En effet" acquiesça-t-il "je suis ravi que vous vous en soyez rendue compte."

 

Elle acquiesça, espérant simplement qu'il ne souhaitait pas qu'elle le remercie pour le mariage imposé. Darius aurait pu être pire, infiniment pire. Elle s'attendait à une brute de soldat grossier, qui lui aurait imposé sa présence et aurait systématiquement partagé sa couche. Non, il l'avait laissée en paix et c'était elle qui avait initié leur rapprochement, jusqu'à se considérer comme étant réellement sa femme. Pas par obligation, mais par choix.

 

"Il semble prendre soin de vous" observa le tacticien. "Si j'en juge par cet écho que j'ai eu de cyanure."

"Je pense qu'il supporte mal l'idée que sa femme puisse être blessée" fit-elle d'un ton indifférent. "Cela n'a pas vraiment de rapport avec moi."

"J'ai également entendu dire que vous aviez exigé de quelqu'un un serment d'allégeance."

 

Elle leva un délicat sourcil. Voici donc à qui Draven allait raconter ce qu'il découvrait...

 

"Je vois que Draven est bavard en plus d'être d'une impolitesse rare" lâcha-t-elle poliment, cherchant du temps pour une excuse. "Une chance que mon époux ne lui ressemble pas."

"Je n'étais pas certain que vous seriez bien ici, surtout après cette affaire."

"Je vous remercie de votre sollicitude" mentit-elle en inclinant sa tête, ayant enfin trouvé une idée. "A vrai dire, cette demande de serment était plus un test qui m'a traversé l'esprit. Les deux personnes qui ont juré juste après, à ma grande surprise d'ailleurs, étaient déjà aux ordres de mon mari. Voulez-vous que je les fasse chercher ?"

"Si vous le souhaitez."

"Camila !"

 

La servante entra un instant plus tard, exécutant une parfaite révérence.

 

"Ma dame ?"

"Va me chercher Yohan et revient avec lui, s'il te plaît."

 

La jeune femme s'éclipsa juste après et revint en compagnie du lieutenant au bout de quelques minutes.

 

"Vous devriez expliquer au seigneur Swain comment vous m'avez prêté allégeance, juste après cette histoire d'empoisonnement" fit-elle d'une voix calme.

 

A sa grande surprise, Camila rougit immédiatement, et les oreilles de Yohan se mirent à chauffer. Surprise, elle se demanda s'ils avaient *préparé* quelque chose pendant ces quelques minutes volées.

 

"Pardon, ma dame" murmura Camila. "Je... je sais que ce n'était pas la place d'une servante de..."

"Expliquez juste la situation."

 

Yohan se racla la gorge, visiblement mal à l'aise.

 

"Nous... nous ne savions pas comment notre dame avait pu survivre au cyanure et... comme sa... sa famille a... plein de pouvoirs étranges, nous le lui avons... demandé..."

 

Il baissa les yeux, ne sachant visiblement plus où se mettre. Camila également était cramoisie, jouant nerveusement avec ses doigts.

 

"Maître Darius était vraiment furieux" fit-elle d'une petite voix "mais dame Ellanna a ordonné que nous lui jurions allégeance et... et maître Darius était d'accord alors... alors nous avons juré..."

"Ne sont-ils pas mignons ainsi, couverts de gêne et de honte ?" commenta ironiquement Ellanna.

"Ils ont raison de l'être, pour avoir questionné leur maîtresse" répondit froidement Swain. "J'espère que vous avez su prendre des mesures."

 

Les deux faux coupables semblèrent se ratatiner sur place, comme se remémorant parfaitement la punition qui avait suivie.

 

"Eh bien" commenta Ellanna "une fois qu'ils étaient sous mes ordres en plus de ceux de mon époux, je pouvais réellement faire ce que je souhaitais, n'est-ce pas ?"

"En effet. Alors, jeunes gens indiscrets, quelle était cette raison ?"

"Elle ne..." bafouilla Camila.

"Elle n'a pas bu" avoua Yohan, le bout de ses oreilles rougissant furieusement. "Pardon, ma dame..."

 

Un sourire froidement amusé lui répondit et Swain les congédia d'un signe de main. Ils s'enfuirent presque et il observa à nouveau la jeune femme dans son divan. Bien. Il ne semblait rien y avoir d'anormal. Il avait craint que Darius ne se rapproche d'elle, mais ce n'était de toute évidence pas le cas. D'après ses sources, ils faisaient toujours chambre séparée.


"Pardonnez-moi encore de ma visite improviste" s'excusa-t-il faussement en se levant. "Je vais vous laisser, vous avez l'air fatiguée."

"Il n'y a pas de mal, seigneur" répondit-elle en se levant à son tour. "Cela vous gêne-t-il si..."

"Je vous en prie, ne vous fatiguez pas."

"Merci. Bonne journée, seigneur."

"Bonne journée, dame Faend. Encore navré de vous avoir dérangée."

 

Elle vacilla et s'effondra presque dans le canapé lorsqu'il fut sorti. Une bouffée de chaleur l'envahit et sa respiration s'accéléra stupidement. Deux mains la saisirent rapidement, l'installant confortablement dans le divan, et des sels parfumés l'aidèrent à éclaircir son esprit. La vision de l'être sinistre, mi-homme mi-oiseau, s'éloigna de sa demeure, quittant les frontières de sa perception. Swain exsudait de cette odeur infâme, de mort et de corruption, et elle n'avait pas été préparée à se retrouver si proche de lui.

Sa vision revint finalement lorsqu'une coupe d'eau claire fut placée contre ses lèvres. Yohan était agenouillé devant elle, tenant ses mains en massant doucement ses poignets, et c'était Camila qui la faisait boire.

 

"Vous avez été parfaits, tous les deux" murmura-t-elle. "Vous avec écouté, n'est-ce pas ?"

"Oui" admit Camila.

"Vous avez bien fait..."

"Tout va bien, ma dame ?" interrogea Yohan.

"Il... il est l'opposition de mon pouvoir. Je ne.. m'attendais pas à le voir..."

"Il y a autre chose" fit doucement Camila.

"Quoi ?"

"Vous n'avez pas commencé vos saignements aujourd'hui, ma dame. Ce doit être confirmé, mais je pense que vous attendez un enfant."

 

Elle ferma les yeux, étendant sa perception, glissant ses doigts sur son ventre. L'hypothèse était tout à fait plausible avec Darius qui la rejoignait presque quotidiennement maintenant. Il n'y eut nulle besoin de confirmation supplémentaire que la vie semi-étrangère qu'elle sentait pulser sous ses doigts.

 

"Prévenez Darius" murmura-t-elle en rouvrant les yeux. "En espérant que l'opération des autres soit un succès, car il va falloir accélérer nos plans."

Publié dans League

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article