Changeants (3/X)

Publié le par Chimaera

 

"Vous... vous êtes un Changeant" bafouilla le jeune garçon.

 

Il s'était reculé instinctivement contre un tronc, comme pour se protéger. Mille légendes lui revinrent en tête sur les Changeants, ces hommes et ces femmes qui devenaient animaux sur leur simple volonté. Ils enlevaient les enfants et les tuaient pour acquérir leur jeunesse. Beaucoup vivaient au fin fond des bois, comme les bêtes qu'ils étaient devenus...

 

"C'est exact" répondit l'homme d'une voix calme.

"Vous allez... me tuer ?"

"Je ne prends pas la peine de sauver la vie de quelqu'un si c'est pour le tuer ensuite" répondit-il nettement plus froidement.

 

Mel baissa les yeux, honteux.

 

"Pardon" fit-il à mi-voix.

"Tu ne devrais pas croire tous ces récits de paysans."

 

Le jeune homme se retint de cingler qu'il étaitun paysan, et pas parmi les mieux lotis.

 

"Qu'est-ce qu'il va arriver... au village ?" demanda-t-il dans un souffle.

"Il va être brûlé" répondit mécaniquement son interlocuteur. "Inutile d'y revenir. Il n'y aura pas de survivants."

"Mais... il faut les aider !" protesta violemment Mel.

 

Le regard vert se posa sur lui.

 

"Gamin, il y a toute une troupe là-bas. J'ai entendu au moins quinze chevaux, sans compter les piétons. J'en ai tués trois, certes, mais j'avais l'effet de surprise. Ils ignoraient que j'étais un Changeant. Maintenant, ils se méfient d'autant plus."

"Mais..."

 

Le regard le fit taire et il se recroquevilla. Il avait raison, bien sûr, mais cela faisait mal.

 

"Qu'est-ce que je fais, maintenant ?" murmura-t-il.

"C'est à toi de choisir" répondit l'autre avec un haussement d'épaules.

 

Il n'y eut pas davantage de paroles. Rapidement, Mel se mit à lutter contre le sommeil, ne souhaitant pas dormir au cœur d'une forêt sauvage avec un Changeant pour seule compagnie. La fatigue de sa longue course finit néanmoins par l'emporter et il sombra dans un sommeil agité, peuplé de loups noirs et de villages en flammes.

 

Ce fut une main vigoureuse qui le réveilla au matin et il sursauta violemment. Le Changeant le relâcha aussitôt et se releva souplement.

 

"Il est temps de décider ce que tu vas faire, gamin" annonça-t-il simplement.

 

Mel secoua sa tête, se demandant ce qu'il faisait ici, puis les souvenirs de la veille le frappèrent de plein fouet et il pâlit mortellement. Est-ce que cela signifiait qu'il n'avait vraiment plus rien ?

 

"Qu'est-ce que vous allez faire ?" murmura-t-il.

"Je n'entends rien" rétorqua l'autre, une dizaine de mètres plus loin.

 

Le jeune homme répéta sa question plus fort mais d'une voix tremblante. En réponse, le Changeant secoua sa tête.

 

"Poursuivre ma route vers Saphir. J'ai un message à livrer. Et toi ?"

"Ça ne peut pas être détruit" affirma Mel avec une convictino qui sonnait faux.

"Gamin, ce sont des pillards. Il est inutile d'y retourner, tu ne trouveras rien."

 

En toute réponse, Mel se releva et partit d'un pas titubant. Le vieil homme derrière poussa un soupir en levant les yeux au ciel, mais ne fit rien pour le retenir. Il ramassa simplement sa lourde cape avant de partir à son tour, cherchant à rejoindre la grand-route bien plus sûre pour voyager.

 

La première chose que sentit l'ancien aubergiste en arrivant au village fut l'infecte odeur de chaire brûlée. Pourtant, il n'y avait de bûcher nulle part. Il finit par comprendre avec une vague d'écoeurement qu'il s'agissait des pauvres gens brûlés vifs avec leur maison. L'auberge n'était plus qu'une carcasse de poutres noircies dont les plus épaisses fumaient toujours. Devant la bâtisse, le corps obèse de son père gisait, proprement décapité.

 

Curieusement, cela ne lui fit que peu d'effet. Beaucoup moins que la vue de la vieille Ella qui l'avait presque élevé, dénudée et parcourue de marques sanglantes. Il resta de longues heures à errer dans le village pourtant minuscule, fouillant des décombres sans jamais rien trouver dans un état à peu près convenable.

Publié dans Changeants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> Hey, quelques erreurs et tournures bizarres dans cette partie ! * une conviction (faute de frappe) * "en toute réponse" me parait bizarre même si tu dis que c'est juste, je trouve que ça sonne<br /> mal.<br /> Sinon, les dialogues sont un peu froids, mécaniques. On ne s'imagine pas deux personnes parler ainsi dans de telles circonstances...<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> Faire du commentaire, faire du commentaire... ce n'est pas un objectif en soi : indicateur difficilement pilotable, sachant qu'il ne prend pas en compte l'ensemble des lecteurs, mais seulement ceux<br /> qui prennent la peine de laisser une trace de leur passage. L'essentiel est d'avoir plein de lecteurs, non ?<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Tout à fait d'accord, n'empêche que j'ai eu deux visiteurs hier et deux commentateurs... c'est ça que je trouve pervers, avec les blogs : pour avoir une chance d'être lu, il faut beaucoup de<br /> visisteurs. Il n'y a que les plus "populaires" qui sont affichés. Bon, je sais qu'il y a des milliers de blogueurs, mais... Pas cool...<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> Je suggère une inversion de processus : d'abord la correction pro, ensuite la publication !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Bah ça me fait du commentaire et comme ça tout le monde peut voir les erreurs que je fais...<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Faute de frappe "leur jeunesse", manque un espace "était un paysan", "les bêtes qu'ils étaient devenus" et "la vieille Ella... devenuE et parcouruE" ou en ajoutant "le corps de la vieille Ella"<br /> "En toute réponse" = "pour toute réponse" ? Dans le suite du paragraphe je trouve la ponctuation un peu aléatoire...<br /> "Encore fumantes pour les plus épaisses" = "dont les plus épaisses fumaient encore" ?<br /> "Devant" : il me semble qu'il faudrait préciser "devant l'auberge" ou ôter la virgule<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Corrigé, ponctuation révisée. Par contre je maintiens mon "en toute réponse", je viens de vérifier l'expression, les deux sont admis.<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> Mea culpa. C'est vrai qu'il a des fils argentés dès le début. Mais je maintiens que vieux n'est pas l'adjectif qui convient...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> C'est du point de vue d'un gamin de 16 ans aussi... de là, pour peu qu'il y ait un peu de cheveux blancs, c'est un vieux.<br /> <br /> <br /> <br />